Interpréter les histogrammes

| 15/11/2012 | 3 commentaires

L’histogramme est un outil très pratique qui a fait son apparition avec la photographie numérique. Il est souvent présenté de façon théorique et il n’est pas toujours évident de bien comprendre son utilité. Il serait pourtant dommage de ne pas vous en servir car il peut vous alerter sur un éventuel problème d’exposition ou de contraste dès la prise de vue.

Histogramme photo

Un exemple d’histogramme tel qu’il est affiché dans le logiciel Adobe Lightroom

 

Qu’est-ce que l’histogramme ?

L’histogramme est une représentation graphique de la distribution des tons d’une image :

  • les tons foncés sont sur la gauche
  • les tons clairs sont sur la droite
  • les tons moyens sont au centre

Pour un ton donné, plus la courbe est haute plus il y a de pixels correspondant à ce ton dans l’image. Ainsi pour une photo sombre, les valeurs sont majoritairement réparties sur la gauche de l’histogramme. Pour une photo claire, c’est l’inverse, les valeurs sont essentiellement réparties sur la droite.

Même si les écrans LCD des appareils photo sont de plus en plus grands, il n’est pas toujours évident de juger correctement l’exposition et le contraste d’une image. L’analyse de l’histogramme permet d’avoir dès la prise de vue un bon aperçu de la tonalité d’une photo.

 

Quelques exemples d’histogrammes

  • Exposition « classique »

Histogramme exposition classique

L’histogramme présente une forme classique de courbe en cloche. L’image est équilibrée et correctement exposée : elle présente une large palette de tons, avec une prédominance de tons moyens.

 

  • Sous-exposition

Histogramme Sous-exposition

La forme de l’histogramme indique que la photo est sous-exposée. En effet, l’histogramme étant décalé sur la gauche, l’image est essentiellement composée de tons foncés.

De plus, on observe que l’histogramme touche le bord gauche, ce qui signifie que certaines valeurs sont écrêtées dans les tons foncés. Les zones les plus sombres de l’image sont donc composées uniquement de noir pur. C’est le cas des rochers dans la photo ci-dessus où il n’est possible de distinguer aucun détail. On dit que les ombres sont « bouchées ».

Pour corriger une sous-exposition lors de la prise de vue, vos devez appliquer au moins l’un des trois réglages suivants : ouvrir davantage le diaphragme, utiliser une vitesse d’obturation plus lente et/ou augmenter la sensibilité ISO.
Vous pouvez également ajuster l’exposition a posteriori dans un logiciel de retouche. Vous privilégierez dans ce cas le format RAW qui est plus souple en post-traitement et qui permet d’effectuer des retouches plus poussées que le format JPEG.

 

  • Surexposition

Histogramme surexposition

La forme de l’histogramme indique que l’image est surexposée. L’histogramme étant décalé sur la droite, l’image est majoritairement composée de tons clairs.

On observe également que l’histogramme touche le bord droit et que certaines valeurs sont écrêtées dans les tons clairs. Les zones les plus claires de l’image sont donc composées uniquement de blanc pur. C’est le cas de certaines zones du ciel dans la photo ci-dessus où il n’est possible de distinguer aucun détail. On dit que les hautes lumières sont « brûlées ».

Pour corriger une surexposition lors de la prise de vue, vos devez appliquer au moins l’un des trois réglages suivants : fermer davantage le diaphragme, utiliser une vitesse d’obturation plus rapide et/ou diminuer la sensibilité ISO.

 

  • Contraste faible

Histogramme faible contraste

La forme de l’histogramme indique que l’image a un faible contraste. Les valeurs sont regroupées au centre : l’image est uniquement composée de tons moyens.

Il est possible d’étirer la plage tonale dans un logiciel de retouche pour obtenir une image plus contrastée. Il faut toutefois doser ce réglage avec soin pour ne pas écrêter les valeurs dans les tons foncés ou les tons clairs.

 

  • Contraste intermédiaire

Contraste fort histogramme

La forme de l’histogramme indique que la photo est contrastée. L’image a une plage tonale large et tous les tons sont à peu près présents en quantité égale. L’exposition est correcte, aucune valeur n’est écrêtée dans les tons foncés ni dans les tons clairs. Ce type d’histogramme donne de bons résultats dans la plupart des situations.

 

  • Contraste fort

Histogramme contraste fort

La forme de l’histogramme indique que cette photo prise à contre-jour a un contraste fort. L’image est essentiellement constitué de tons foncés et de tons clairs et certaines valeurs sont écrêtées aux deux extrémités de l’histogramme. L’écart de luminosité entre le ciel et le sujet (le gorille et le feuillage) était bien trop important pour pouvoir être enregistré par l’appareil photo.

Si vous souhaitez réaliser un effet de silhouette, cette forme d’histogramme ne doit pas vous alerter. Si au contraire vous voulez une image plus classique, vous pourrez, selon la situation, changer de point de vue, utiliser un flash pour déboucher les ombres, ou encore attendre que les conditions de luminosité soient meilleures.

 

Existe-t-il un histogramme « parfait » ?

Selon la nature de la scène photographiée ou l’effet recherché, la forme de l’histogramme peut être très différente. Une photo prise de nuit, par exemple, doit présenter un histogramme décalé sur la gauche pour être correctement exposée. Un paysage noyé dans le brouillard est faiblement contrasté et il est tout à fait normal que les valeurs de l’histogramme soit resserrées au centre.

La forme de l’histogramme découle aussi de choix personnels. Certains photographes sous-exposent ou surexposent volontairement leurs photos pour obtenir un effet particulier. Certains préfèrent les images peu contrastées, d’autres celles fortement contrastées.

Il n’existe donc pas d’histogramme « parfait » qui pourra convenir à toutes les situations. La forme de l’histogramme doit toujours être interprétée en fonction des conditions de prises de vue et de la touche créative apportée par le photographe.

 

Et vous, utilisez-vous l’histogramme ? A la prise de vue ? Dans un logiciel de retouche ? N’hésitez pas à faire part de votre expérience ou à donner votre avis en laissant un commentaire ci-dessous.

 

Opt In Image
Vous avez aimé cet article ?

Faites comme 6048 photographes : abonnez-vous à la lettre d'information et ne manquez plus aucun article ! Je vous offre le guide "12 points clés pour réussir vos photos" en cadeau de bienvenue.

Mots-clés:

Catégorie: Technique photo

Commentaires (3)

URL de rétrolien | Flux RSS des commentaires

  1. Samir dit :

    Je suis d’accord l’histogramme est un outil pratique, surtout quand on prend des photos en plein soleil et que l’écran de notre appareil est difficilement visible car trop de lumière.

    Attention à ne pas trop passer de temps à chercher à avoir l’histogramme parfait, il faut aussi regarder la photo sur un pc avec écran bien calibré!
    Dernier article de Samir : Ouragans, Tsunamis : Comment réussir vos photos de la fin du monde !My Profile

    • Astuces Photo dit :

      Tout à fait, disposer d’un écran calibré est essentiel si l’on souhaite ne pas avoir de surprises à l’impression.
      Cela pourrait d’ailleurs être le sujet d’un prochain article !

  2. Sonia C. dit :

    Merci pour cet article très complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge