Pour cette nouvelle critique photo, je me suis intéressé à une photo de Thierry, un lecteur régulier du blog.

Il nous propose un portrait de sa petite-fille réalisé à l’occasion d’un séjour de quelques jours chez ses grands-parents. Si la photo d’enfants peut parfois être un véritable défi à relever, Thierry m’a indiqué que sa petite-fille a été un modèle très coopératif ! Découvrons ensemble les points forts et les points perfectibles de cette photo.

 


Pentax K-500

50 mm – f/2 – 1/300 s – 400 ISO

 

Les points forts

En parcourant le flux de photos sur le groupe Flickr Astuces Photo, j’ai été attiré par la photo de Thierry. Et c’est plus particulièrement le regard de sa petite-fille qui m’a poussé à cliquer sur la photo pour l’ouvrir en grand. Je ne vais certainement pas vous surprendre en vous disant ce n’est pas un hasard !

En effet, lorsque nous découvrons un portrait, nous sommes spontanément attirés par le regard du modèle. Dans la majorité des cas, les yeux représentent d’ailleurs le point d’intérêt principal d’un portrait. Mais pour que le regard du sujet attire l’attention du spectateur, encore faut-il que ses yeux soient nets. Et ceci n’est pas possible sans une mise au point précise. Ici, rien à redire, les yeux de la petite fille sont parfaitement nets.

Pour cette photo, Thierry a demandé à sa petite-fille de regarder en direction de l’objectif. Même s’il n’existe pas de règle en la matière, c’est un bon moyen d’accrocher le spectateur et de le faire rentrer dans l’image. Le spectateur se sent généralement plus concerné qu’avec un regard fuyant.

Lorsque le sujet regarde vers l’objectif une autre difficulté se présente. Il faut arriver à mettre à l’aise son modèle pour éviter de se retrouver avec un air crispée ou un sourire forcé. Thierry s’en est plutôt bien sorti sur ce point et il a réussi à saisir une expression naturelle.

Passons maintenant à l’angle de vue choisi par le photographe. Si on regarde bien l’image, on se rend compte que Thierry s’est mis au même niveau que son modèle. Cela lui a permis d’être d’égal à égal avec le sujet et d’en proposer une vue assez réaliste. S’il avait déclenché depuis sa position d’adulte, l’impression aurait été complètement différente. Une prise de vue en plongée (appareil photo dirigé vers le bas) aurait eu tendance à « écraser » le sujet.

Enfin, Thierry s’est décalé sur le côté pour photographier son modèle. Dans cette configuration, les deux épaules de la fillette ne sont pas dans le même plan. Ce qui pourrait passer pour un détail a pourtant une grande importance. La pose est bien plus esthétique et l’image gagne en profondeur. En photographiant le sujet de face, le visage et les deux épaules auraient été dans le même plan. L’image aurait alors été beaucoup plus plate et elle aurait eu un côté « photo d’identité ».

 

Les points à améliorer

Le premier point à améliorer concerne le cadrage. L’espace vide situé au-dessus de la tête est trop important, il n’apporte pas grand chose. De plus, avec ce cadrage, les yeux de la fillette se retrouvent en plein milieu du cadre : l’image manque de dynamisme.

Thierry avait au moins deux options pour améliorer son cadrage. Tout en conservant la même position et la même focale, il aurait pu orienter son appareil photo légèrement vers le bas. L’espace au-dessus de la tête aurait ainsi été réduit et les yeux se seraient retrouvés plus haut dans le cadre. Avec un cadrage décalé vers le bas, la seule contrainte aurait été de ne pas couper sur une articulation (coude, poignet) ou au milieu d’une main.

Une autre option consistait à faire un cadrage plus serré en se rapprochant ou en zoomant. Comme il restait encore un peu d’espace à gauche et à droite, c’était tout à fait envisageable. De plus, la petite fille regardant en direction de l’objectif, il n’y avait aucun risque que son regard viennent buter sur un bord du cadre.

Le deuxième point à améliorer concerne l’arrière-plan. La bande sombre sur la droite attire le regard, et ce d’autant plus qu’elle est penchée. Dans un portrait, il faut être particulièrement vigilent à tout élément qui viendrait détourner l’attention du sujet. Même si l’arrière-plan est flou, cette bande sombre perturbe la lecture de l’image. Un cadrage serré aurait permis de l’exclure du cadre. Thierry pouvait aussi se décaler très légèrement sur la droite pour arriver au même résultat.

Enfin, le dernier point concerne l’exposition. La photo est un peu sombre, les zones claires sont notamment un peu ternes. Si on regarde l’histogramme, on se rend compte qu’il y avait encore de la marge sur la droite du graphique. Il était donc possible d’éclaircir l’image sans brûler les hautes lumières.

Histogramme_critique_10
L’histogramme ne s’étale pas sur toute la plage tonale. Il reste de la marge sur la droite pour éclaircir l’image sans perte de détails dans les hautes lumières.

 

Dès la prise de vue, Thierry aurait pu utiliser la fonction de correction d’exposition pour éclaircir l’image. En surexposant d’au moins 2/3 de diaphragme, la photo aurait déjà gagné un certain éclat. Un autre méthode aurait été de rattraper l’exposition en post-traitement en passant par un logiciel. C’est d’ailleurs ce que Thierry a fait de lui-même en retravaillant sa photo par la suite !

 

Je remercie Thierry qui s’est prêté au jeu de la critique photo. Je vous rappelle que si vous voulez participer, il faut que vos photos soient postées sur le groupe Flickr du blog. Même si je ne sélectionne pas l’une de vos photos, c’est un excellent moyen d’échanger avec les autres lecteurs du blog !

 

Et vous, quels sont les points forts ou à améliorer que vous avez relevés ? N’hésitez pas à laisser un commentaire pour en parler !

 

Partagez cet article avec vos amis !