Parmi les accessoires destinés aux photographes, le trépied est certainement l’un des plus populaires. Il faut dire que le grand public a souvent en tête l’image du photographe avec son trépied. Alors avoir un trépied avec soi, ça fait toujours plus pro !

Même si le trépied n’est pas tout le temps utile, il apporte un certain confort et il s’avère parfois indispensable. C’est justement ce que nous allons voir dans cet article ! Sans plus tarder, je vous propose de découvrir différents cas de figure où vous aurez du mal à vous passer d’un trépied.

 

Pour éviter le flou de bougé

La fonction principale d’un trépied est de stabiliser l’appareil photo. Je ne vous apprends évidemment pas grand-chose en disant cela… Mais savez-vous pourquoi il est si important que votre appareil photo soit stable ?

Et bien tout simplement parce que dans certaines situations, vous allez être confronté à ce qu’on appelle le flou de bougé. Vous savez, le flou qui se manifeste sur l’ensemble de l’image et qui estompe tous les détails… Si vous avez déjà pris des photos alors que la lumière était un peu faible, vous voyez forcément de quoi je parle !

 

flou-bouge-sans-trepied

Un flou de bougé est vite arrivé en photographiant à main levée en intérieur…

 

On ne s’en rend pas toujours compte mais nous faisons subir de légères vibrations à notre appareil photo quand nous photographions à main levée. Ces vibrations peuvent avoir plusieurs origines : manque de stabilité du corps, tremblements de la main, pression du doigt sur le déclencheur…

Avec un temps de pose court, ces vibrations sont imperceptibles car le capteur n’est pas exposé très longtemps. Par contre, lorsque le temps de pose augmente, le capteur a le temps de les enregistrer. Plus le temps de pose est long et plus le flou de bougé est prononcé !

Vous allez me dire qu’il suffit de réduire le temps de pose pour compenser les mouvements du photographe. Oui mais voilà, ce n’est pas toujours possible…

Imaginez que votre diaphragme est déjà ouvert au maximum. Et qu’il n’est plus envisageable d’augmenter la sensibilité ISO car cela ferait apparaître un niveau excessif de bruit numérique. La seule solution est d’allonger le temps de pose pour faire parvenir assez de lumière au capteur et obtenir des photos correctement exposées.

Avec un trépied, vous pouvez donc utiliser des temps de pose longs sans craindre un flou de bougé. C’est l’accessoire indispensable pour photographier en basse lumière : paysages nocturnes, ciels étoilés, lumières de la ville, etc.

Le trépied permet aussi de prendre des photos en intérieur sans dénaturer l’ambiance avec un flash. Si vous êtes amateur de pose longue, c’est également un investissement à faire car vous ne pourrez pas obtenir de bons résultats sans trépied.

 

Pour prendre des photos encore plus nettes

Nous avons vu dans le point précédent que le trépied permettait d’éviter les flous de bougé pour photographier en basse lumière ou pour réaliser des poses longues. Cependant, même lorsque la lumière est abondante et qu’a priori le temps de pose est assez court pour shooter à main levée, le trépied conserve une utilité.

Les petites vibrations engendrées par la pression du doigt sur le déclencheur ou le mouvement du miroir sur les appareils reflex peuvent altérer la netteté de l’image. Certes, ici on n’est pas face à une perte de netteté aussi flagrante que sur un flou de bougé. Mais cela peut être suffisant pour ôter une part de croustillant aux détails de la scène photographiée. Et cela sera d’autant plus visible si l’image est visualisée en grand sur un écran ou imprimée en grand format.

En éliminant toute source de vibration, le trépied permet donc d’obtenir une excellente netteté. C’est pour cette raison que vous verrez presque toujours les photographes de paysage avec un trépied. Ce n’est pas nécessairement parce qu’ils ont prévu de faire des poses longues… C’est aussi parce qu’ils cherchent à obtenir la netteté maximale !

 

Pour peaufiner votre cadrage

Je ne vais sûrement pas vous surprendre en écrivant qu’une photo réussie est une photo avec un cadrage soigné. Il suffit qu’un élément soit coupé ou que l’horizon penche pour que la photo ait tout de suite beaucoup moins d’impact.

Lorsque votre appareil photo est sur un trépied vous pouvez ajuster votre cadrage avec précision. Vous pouvez choisir ce qui sera et ce qui ne sera pas dans le cadre. Et une fois que vous avez trouvé un cadrage intéressant, vous n’avez plus à y toucher et à tout recommencer depuis le début.

Il ne vous reste plus qu’à attendre les « bonnes » conditions pour déclencher. Si vous faites des photos de paysage, vous pouvez mijoter votre cadrage puis attendre que la belle lumière arrive. Si vous photographiez un modèle, vous pouvez multiplier les poses tout en conservant le même cadrage.

 

J’ai choisi ce cadrage et je l’ai « verrouillé » grâce à mon trépied. Il ne restait plus qu’à attendre la belle lumière du coucher de soleil pour déclencher !

 

Le trépied apporte donc un confort appréciable lorsqu’il s’agit de cadrer son image. Il peut aussi être utile pour mettre en œuvre certaines techniques qui consistent à assembler plusieurs photos. Par exemple, si vous souhaitez faire une image panoramique composée de plusieurs photos, le trépied est presque toujours indispensable.

Autre cas de figure, imaginez que vous voulez prendre plusieurs photos avec des expositions différentes et les fusionner pour réaliser une image HDR. Une fois encore, le trépied facilite bien les choses car il permet de conserver un cadrage identique sur toutes les photos.

 

Pour photographier avec un téléobjectif

Enfin, le trépied est l’accessoire privilégié des passionnés de photo animalière ou de photo sportive. Si c’est votre cas, vous avez sûrement dans votre sac photo un ou plusieurs téléobjectifs. Le problème de ces objectifs, c’est qu’ils sont souvent lourds et encombrants. Porter une longue focale à bout de bras devient rapidement pénible !

Le trépied permet donc de soutenir le poids du boîtier et du téléobjectif qui peut parfois atteindre plusieurs kilos pour les modèles haut de gamme. Certains photographes préfèrent utiliser un monopode car il permet de bénéficier d’une plus grande mobilité, même s’il offre moins de stabilité. Quoi qu’il en soit, trépied ou monopode, vous aurez besoin de soulager vos bras si vous utilisez un téléobjectif pendant plusieurs heures.

 

À moins d’avoir des muscles d’acier, vous serez content d’avoir un trépied pour soutenir votre téléobjectif !

 

Vous devez également savoir que le flou de bougé est davantage susceptible d’apparaître avec un téléobjectif. Avec les longues focales, l’angle de champ est si étroit que la moindre vibration est fortement amplifiée. En plus de supporter le poids du matériel, le trépied permet aussi de limiter le flou de bougé et de garantir une bonne netteté de l’image quand on utilise un téléobjectif.

 

Conclusion

Nous venons de voir quelques-unes des situations où le trépied est nécessaire pour parvenir à de bons résultats. Vous avez pu vous rendre compte que le trépied n’est pas un accessoire superflu. Il rend beaucoup de services aux photographes. Après l’achat d’un appareil photo, c’est sûrement l’un des premiers accessoires à se procurer !

Et vous ? Vous avez déjà un trépied ? Quelle est la raison principale qui vous a poussé à en acheter un ? Dans quelle(s) situation(s) l’utilisez-vous ? Laissez un commentaire pour partager votre expérience !

A PROPOS DE L’AUTEUR…

Vous aimez prendre de belles photos, mais vous ne savez pas (toujours) comment faire ? Vous êtes au bon endroit !

Je m’appelle Fabien Beilhe et je suis photographe indépendant.

A travers ce blog, je partage avec vous tous mes conseils et astuces pour progresser en photo.

Partagez cet article avec vos amis !