Comme vous vous intéressez à la photographie, je ne vais pas vous apprendre que le post-traitement offre beaucoup de possibilités. Supprimer un détail gênant, ajouter un élément provenant d’une autre photo, modifier en profondeur les couleurs, ou encore gommer les rondeurs d’un président de la République française en vacances aux Etats-Unis 😉

Quoi que vous pensiez de la retouche photo (et de ses dérives), vous devez savoir qu’il n’est pas possible de tout faire dans un logiciel de post-traitement. Il y a encore certaines choses que vous ne pourrez pas corriger si vous n’y avez pas fait attention au moment de la prise de vue.

C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article ! Nous allons voir qu’il existe au moins 4 erreurs que vous aurez du mal à rattraper au post-traitement.

 

1. Une photo floue

Il peut y avoir plusieurs raisons pour expliquer qu’une photo soit floue. Par exemple, la vitesse utilisée n’était pas assez rapide pour figer un sujet en mouvement. Ou la mise au point a été faite au mauvais endroit et le sujet n’est pas compris dans la zone de netteté. Ou encore, la vitesse était trop lente pour photographier à main levée et un flou de bougé est apparu.

Quelle qu’en soit la cause, obtenir une photo floue n’est jamais plaisant. Surtout quand on a fait beaucoup d’efforts pour arriver à un bon résultat. Une façon de se réconforter serait de penser qu’il y a toujours moyen de rattraper les choses au post-traitement. Et bien, ce n’est pas vraiment le cas…

Il est bien sûr possible de donner du croustillant à une photo qui manque un peu de netteté. Mais vous ne pourrez pas récupérer une photo complètement floue. Même en utilisant un logiciel perfectionné et en poussant les curseurs au maximum.

Les logiciels de post-traitement reposent sur une accentuation des contours pour renforcer l’impression de netteté. Mais à partir du moment où la photo – ou un élément de la photo – est flou, il n’y a pas de contours bien définis. Et il n’est donc pas possible de restituer de la netteté !

A titre d’exemple, prenons la photo ci-dessous où la zone de mise au point a été mal choisie. On voit clairement que la zone nette ne se situe pas sur l’oiseau au premier plan mais plutôt au niveau des buissons à l’arrière.

 

Photo-floue-post-traitement

 

Regardons maintenant ce qui se passe si on renforce la netteté dans un logiciel de post-traitement. Ici, j’ai utilisé Photoshop et j’ai poussé le gain à 500%, soit la plus haute valeur disponible dans le logiciel pour renforcer la netteté. On voit que les buissons à l’arrière-plan ont été renforcés, beaucoup trop même. Mais l’oiseau au premier plan, lui, reste désespérément flou !

 

Photo-floue-nettete

 

Il n’y a pas grand chose à tirer de cette photo, on peut dire qu’elle est bonne à jeter ! Bon d’accord, elle a quand même une petite utilité… Elle peut servir à illustrer un article de blog 😉

 

2. Une composition banale

Êtes-vous du genre à prendre du temps pour réfléchir à la composition avant d’appuyer sur le déclencheur ? Ou êtes-vous plutôt du genre à viser à la hâte et à prendre vos photos rapidement en vous disant que vous ajusterez le cadrage au post-traitement ?

Si vous êtes dans la deuxième catégorie, vous risquez d’avoir du mal à obtenir des images captivantes. Certes, vous pouvez recadrer vos photos au post-traitement pour essayer de leur donner plus d’impact. Par exemple, en positionnant le sujet ou un élément important sur un point fort du cadre. Mais ce ne sera pas toujours suffisant…

Une bonne composition se construit avant tout au moment de la prise de vue. Comment vais-je agencer les éléments pour former un ensemble cohérent et harmonieux ? Qu’est-ce que je vais faire pour mettre en valeur mon sujet ? Est-ce que je souhaite isoler mon sujet de l’arrière-plan ou au contraire situer le contexte ? Etc…

Toutes ces questions doivent être tranchées avec l’appareil photo entre les mains, pas après-coup devant son ordinateur ! Vous ne pouvez pas utiliser le post-traitement comme une baguette magique et compenser les faiblesses d’une composition banale.

 

composition-retouche

Une composition quelconque, sans point d’accroche pour attirer le regard. Un joli coucher de soleil ne suffit pas à faire une bonne photo 😉

 

3. Des hautes lumières brûlées

Prenez-vous suffisamment de temps pour vérifier l’exposition de vos photos lorsque vous êtes sur le terrain ? Lorsque la scène présente un éclairage homogène, votre boitier sera rarement pris à défaut. Par contre, en présence d’un éclairage difficile, c’est souvent plus compliqué… Si vous avez fortement surexposé votre image, il y aura sûrement des zones du cadre où les hautes lumières seront brûlées.

En enregistrant vos photos au format JPEG, vous aurez beaucoup de difficultés pour assombrir les zones concernées par une surexposition. Avec le format RAW, vous disposez d’une marge de manœuvre pour récupérer de l’information dans les hautes lumières. Mais si vous êtes allé trop loin et que certaines zones ne contiennent plus aucun détail, vous ne pourrez rien faire pour les rattraper au post-traitement.

Pour bien s’en convaincre, regardez l’image ci-dessous. Il ne fait pas de doute que cette photo présente des zones surexposées, notamment au niveau du ciel et des bâtiments à l’arrière-plan.

 

surexposition

 

Regardons maintenant la même image corrigée au post-traitement (diminution des curseurs Exposition et Hautes Lumières dans Lightroom). Vous pouvez remarquer que de la matière a pu être récupérée dans le ciel grâce à la souplesse du format RAW. Il a retrouvé sa teinte bleue et les nuages ont pu être révélés. Par contre, certaines zones sur la façade des bâtiments ne contiennent toujours aucun détail et la situation est irréversible…

 

 

4. Des basses lumières bouchées

On reste dans le même ordre d’idée que le point précédent. Mais cette fois-ci, on se déplace à l’autre extrémité de la plage tonale vers les tons sombres. Si vous avez largement sous-exposé votre photo, il y a des chances qu’une partie des tons foncés soient bouchés.

Une fois encore, avec une photo au format JPEG, il sera difficile d’éclaircir les zones sombres sans dégrader la qualité d’image. Avec des photos au format RAW, vous aurez plus de latitude au post-traitement mais vous ne pourrez pas non plus forcément tout récupérer…

Je vous propose de regarder un exemple pour illustrer mon propos. La photo ci-dessous présente une forte sous-exposition, si bien qu’un bonne partie du feuillage et le gorille (oui, il s’agit bien d’un gorille !) sont beaucoup trop sombres.

 

 

J’ai tenté de récupérer ce qui pouvait l’être au post-traitement (augmentation des curseurs Exposition et Ombres dans Lightroom). J’ai volontairement poussé les curseurs pour essayer de déboucher au maximum les ombres.

La majeure partie des tons foncés ont été éclaircis, il s’agit des zones où le capteur a reçu suffisamment de lumière pour enregistrer de l’information. Mais certaines zones, au niveau du pelage du gorille, restent sombres et sans détails.

 

Sous-exposition-post-traitement

 

Vous devez aussi avoir en tête un autre point important. Même si vous arrivez à éclaircir les ombres, vous allez faire apparaitre du bruit numérique. Vous savez, ce fameux grain qui apparait lorsque vous prenez des photos avec une sensibilité ISO élevée. Et bien ce bruit se développe aussi quand on débouche fortement les ombres. Plus la correction est poussée et plus il est présent.

Pour bien s’en rendre compte, regardons un agrandissement de l’image précédente. Vous pouvez voir sans difficulté une granulation qui se superpose à l’image, notamment sur le visage de l’animal et sur les feuilles.

 

bruit-eclaircir-ombres

 

Conclusion

Nous venons de voir quelques erreurs qu’il était difficile voire impossible de rattraper au post-traitement. Quelque part, c’est rassurant de se dire que le photographe joue encore un rôle important dans la réussite de ses photos !

J’espère que cet article vous aura donné des arguments pour bichonner vos photos dès la prise de vue. Le post-traitement sera beaucoup plus simple et rapide. Vous n’aurez alors qu’à l’utiliser comme un révélateur pour sublimer et faire ressortir tout le potentiel de vos photos !

Et vous ? Vous connaissez d’autres erreurs qui ne sont pas rattrapables au post-traitement ? Est-ce que vous vous êtes déjà arraché les cheveux en essayant de corriger une photo ratée sur votre ordinateur ? N’hésitez pas à poster un commentaire pour en parler !

4 erreurs difficiles à rattraper au post-traitement
Votez pour cet article

A PROPOS DE L’AUTEUR…

Vous aimez prendre de belles photos, mais vous ne savez pas (toujours) comment faire ? Vous êtes au bon endroit !

Je m’appelle Fabien Beilhe et je suis photographe indépendant.

A travers ce blog, je partage avec vous tous mes conseils et astuces pour progresser en photo.

Partagez cet article avec vos amis !