Si vous pratiquez régulièrement la photo, vous devez savoir que certains accessoires sont très utiles, voire indispensables, pour parvenir à un bon résultat. Parmi ces accessoires, on pense tout de suite au trépied, à la télécommande ou aux filtres.

Mais savez-vous qu’il y a un autre accessoire qui est tout aussi important ? Un accessoire qui est souvent négligé et dont beaucoup de photographes ignorent l’existence ? Cet accessoire, c’est le cache oculaire ! 

 

Qu’est-ce que le cache oculaire ?

C’est un petit morceau de plastique ou de caoutchouc qui est généralement fourni avec les reflex. D’ailleurs vous n’y avez peut-être jamais fait attention. C’est le genre de chose qu’on laisse de côté en se disant qu’on s’en servira plus tard… Et puis qu’on finit par oublier 😉

Pour désigner cet accessoire, les marques utilisent des dénominations différentes. On parle de protecteur d’oculaire chez Nikon, de volet d’oculaire chez Canon et de cache oculaire chez Pentax. Parfois on aimerait que les fabricants s’accordent pour donner le même nom aux accessoires qui ont la même fonction…

volet-oculaire

Sur les reflex haut de gamme, ce n’est pas toujours un accessoire indépendant. Le cache oculaire est la plupart du temps intégré à l’appareil photo. Il y a alors un petit levier qui permet de l’ouvrir ou de le fermer. Pour une fois Canon et Nikon sont sur la même longueur d’onde et parlent tous les deux d’obturateur d’oculaire. Ouf, on est sauvés !

 

À quoi sert le cache oculaire ?

Même s’il n’a l’air de rien, cet accessoire est pourtant un allié précieux pour photographier avec un reflex. Comme son nom l’indique, il se positionne devant l’oculaire du viseur et il empêche la lumière de rentrer.

Si vous avez un hybride ou un bridge, vous ne risquez rien car la lumière ne peut pas s’introduire par le viseur. Mais si vous utilisez un reflex, vous devez savoir qu’un rayon de lumière parasite peut gâcher le résultat final !

Au mieux, cette lumière parasite va venir perturber l’exposition et assombrir la photo si vous travaillez avec un mode automatique (mode Auto et P) ou semi-automatique (modes A et S ou Av et Tv).

C’est la moins mauvaise des situations mais encore faut-il savoir corriger l’exposition proposée par l’appareil photo. Ou alors, avoir suffisamment d’expérience pour se servir du mode manuel et régler l’exposition avec précision.

Les plus gros problèmes arrivent cependant lorsque la lumière est intense et que le temps de pose est long. Si on n’y prend pas garde, cela peut donner un résultat catastrophique avec l’apparition de traînées lumineuses. Et même avec le mode manuel, vous ne pourrez pas sauver vos photos !

 

Quand l’utiliser ?

En photographiant à main levée, cet accessoire n’est pas utile. Notre œil vient recouvrir le viseur et empêche la lumière de pénétrer.

Par contre, si on photographie avec un trépied, c’est une autre histoire ! En général, on utilise le retardateur ou une télécommande, et on garde rarement l’œil collé au viseur.

C’est notamment le cas quand on prend des photos de paysages avec des poses longues de plusieurs secondes. Mais aussi dans des situations plus classiques où l’on souhaite obtenir une netteté irréprochable en réduisant au maximum les vibrations de l’appareil photo.

Pour bien vous rendre compte du genre de désagréments que vous pouvez rencontrer, je vous propose de regarder les deux images ci-dessous. Toutes les deux ont été prises avec un temps de pose de 15 s.

 

Sans cache oculaire

 

Avec cache oculaire

 

Après avoir vu ces photos, je pense que vous comprenez tout l’intérêt de cet accessoire. Lorsque le viseur n’est pas recouvert, un léger voile blanc apparaît sur certaines parties de l’image. Mais surtout, des traînées mauves viennent défigurer le paysage.

Malheureusement, ce n’est pas rattrapable au post-traitement. Lorsque cela arrive, la photo est bonne à jeter à la corbeille. Alors autant prendre des précautions au moment de la prise de vue !

 

Conclusion

Voilà, vous savez maintenant à quoi vous attendre lorsque vous photographiez avec un reflex et que vous n’avez pas mis votre œil contre le viseur… Ce petit morceau de plastique qui traîne au fond de votre sac photo ou dans la boîte de votre appareil n’est pas si inutile finalement 😉

Et vous ? Avez-vous déjà utilisé le cache oculaire ? Est-ce qu’il vous suit partout ou venez-vous de le découvrir grâce à cet article ? N’hésitez pas à laisser un commentaire pour en parler !

 

Le cache oculaire : le petit accessoire qui change tout
5 (100%) 1 vote

A PROPOS DE L’AUTEUR…

Vous aimez prendre de belles photos, mais vous ne savez pas (toujours) comment faire ? Vous êtes au bon endroit !

Je m’appelle Fabien Beilhe et je suis photographe indépendant.

A travers ce blog, je partage avec vous tous mes conseils et astuces pour progresser en photo.

Partagez cet article avec vos amis !