Avez-vous remarqué que les photos avec un arrière-plan flou sont presque toujours des photos qui attirent le regard ? Que le sujet soit une personne, un insecte, une fleur ou un objet, le résultat est le même. Ces photos ont quelque chose en plus qui les fait sortir du lot.

Et bien ce n’est pas un hasard ! La raison est en fait toute simple : le flou d’arrière-plan, également appelé bokeh, permet de concentrer l’attention du spectateur sur le sujet et de le mettre en valeur.

Pour obtenir un arrière-plan flou, vous devez agir sur un paramètre incontournable en photographie : la profondeur de champ. Plus précisément, il faut utiliser une faible profondeur de champ car c’est elle qui permet d’avoir un sujet net qui se détache de l’arrière-plan.

Il existe plusieurs façons de réduire la profondeur de champ et de faire en sorte que seul le sujet se trouve dans le plan de netteté. Dans cet article, je vous propose de découvrir 4 astuces pour y parvenir et réaliser de jolis flous d’arrière-plan.

Nous allons partir d’un cas concret avec la photo ci-dessous. Vous allez vous rendre compte que toutes les conditions étaient réunies pour que l’arrière-plan soit entièrement flou !

 

faible-profondeur-champ

 

1. Utilisez une grande ouverture

L’ouverture est certainement le paramètre le plus important à prendre en compte pour arriver à un bon résultat. Une grande ouverture permet d’obtenir une profondeur de champ réduite. Si vous avez lu mon article sur l’ouverture du diaphragme, vous devez savoir qu’il faut privilégier une petite valeur : f/4 ou f/5,6 par exemple.

Sur les objectifs d’entrée de gamme, les ouvertures maximales varient en général de f/3,5 à f/5,6. Sur les modèles plus haut de gamme, vous aurez le choix entre des ouvertures allant de  f/1,4 à f/2,8.

Pour prendre ma photo de guêpe, j’ai utilisé une grande ouverture en choisissant la valeur f/4. Mon objectif ouvrait pourtant à f/2,8 au maximum, mais j’ai décidé d’utiliser une valeur moins « extrême » car la profondeur de champ aurait été trop réduite.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, vous n’avez pas toujours besoin de choisir la plus grande ouverture disponible sur votre objectif pour obtenir une faible profondeur de champ. Ceci est d’autant plus vrai si vous utilisez un objectif qui ouvre beaucoup et que vous appliquez en même temps les autres astuces présentées dans cet article.

 

2. Approchez-vous de votre sujet

Plus vous êtes proche du sujet et plus la profondeur de champ est réduite. En vous approchant de votre sujet vous obtiendrez donc plus facilement un agréable flou d’arrière-plan.

Ma photo d’exemple a été réalisée avec un objectif macro, le Nikon 105 mm VRII. Le principal intérêt de cet objectif est qu’il permet de faire la mise au point en étant très près du sujet, ce qui n’est pas le cas avec les objectif classiques. A titre indicatif, je devais me trouver à environ 30 cm du sujet lorsque j’ai pris la photo.

Je vous rassure, vous n’êtes pas obligé d’avoir un objectif macro pour réaliser de jolis bokeh ! C’est un avantage pour photographier de petits sujets comme les insectes, mais c’est tout. Pour tous les autres sujets un objectif classique fera l’affaire, à partir du moment où vous gardez en tête qu’il faut être proche du sujet.

 

3. Utilisez un téléobjectif

Il est plus facile d’obtenir un flou d’arrière-plan en utilisant un téléobjectif. En effet, plus la focale de l’objectif est longue et plus la profondeur de champ est faible. Vous devez donc privilégier une longue focale pour obtenir un joli bokeh.

Il n’y a pas de focale idéale, tout va dépendre de votre sujet et des conditions de prise de vue. Pour ma photo d’insecte, j’ai utilisé une focale de 105 mm que l’on peut classer dans la catégorie des « petits » téléobjectifs. Si j’avais pris la photo du même endroit mais avec une focale plus courte, je n’aurais pas pu obtenir un arrière-plan aussi uni.

Par contre, il faut savoir qu’une longue focale ne donne un avantage sur une courte focale que si on ne change pas de position. Par exemple, si j’avais utilisé une focale courte et que je m’étais rapproché pour conserver un cadrage identique, la profondeur de champ aurait été similaire. En effet, une focale plus courte aurait augmenté la profondeur de champ mais le fait de me rapprocher du sujet l’aurait faite diminuer. CQFD !

 

4. Choisissez un arrière-plan lointain

La position de l’arrière-plan n’influence pas directement la profondeur de champ. Cependant, plus l’arrière-plan est situé loin du sujet et plus le flou est prononcé. Lorsque vous cadrez votre photo, vous devez faire attention à ce que l’arrière-plan soit suffisamment éloigné de votre sujet.

Pour vous donner un ordre de grandeur, si l’arrière-plan est situé à moins de 2 mètres vous aurez souvent du mal à obtenir un résultat satisfaisant. Encore une fois, tout dépend des conditions de prise de vue mais retenez que plus l’arrière plan est loin, mieux c’est ! Lorsque l’arrière-plan est trop proche, essayez de changer d’angle ou faites bouger votre sujet si cela est possible.

Dans ma photo d’exemple, l’arrière-plan est constitué par de la végétation qui se trouvait à plus de 10 mètres derrière mon sujet. Cette grande distance a permis de flouter totalement l’arrière-plan et d’obtenir ce rendu particulier.

En prenant la même photo avec un arrière-plan situé à 1 ou 2 mètres derrière le sujet, les détails de l’arrière-plan auraient été visibles. La guêpe ne se serait pas autant détachée et aurait été moins mise en valeur.

 

Mettez toutes les chances de votre côté !

Pour obtenir un flou d’arrière-plan, je vous conseille d’utiliser une combinaison des astuces présentées dans cet article. Utiliser une grande ouverture seule ou se rapprocher uniquement du sujet n’est pas toujours suffisant. En réunissant plusieurs conditions, vous maximisez vos chances d’obtenir un beau flou d’arrière-plan.

Avant de terminer, je vous donne une dernière astuce. Certains appareils photo disposent d’un bouton pour tester la profondeur de champ. Utilisez-le avant de déclencher pour avoir un aperçu du résultat final et éventuellement rectifier le tir.

C’est une fonctionnalité que j’utilise systématiquement lorsque je veux contrôler visuellement l’impact de mes réglages sur la profondeur de champ. Il serait dommage de se priver d’un tel atout !

 

Partagez cet article avec vos amis !